Recettes traditionnelles

Les publicités de Burger King stimulent le buzz des consommateurs

Les publicités de Burger King stimulent le buzz des consommateurs

Les publicités de Burger King axées sur les célébrités pour de nouveaux éléments de menu ont récemment percé plusieurs données démographiques clés, selon une nouvelle étude de consommation de YouGov BrandIndex.

À partir de mai, lorsque de nouvelles publicités mettant en vedette la star du football David Beckham et le leader d'Aerosmith Steven Tyler ont commencé à être diffusées, Burger King a connu une hausse parmi les hommes et les femmes dans son « buzz score », que BrandIndex utilise pour mesurer la traction du bouche-à-oreille chaque jour. , a déclaré Ted Marzilli, vice-président senior de la société de recherche sur la perception des consommateurs.

"Vous voulez que tout le monde que vous pouvez attirer dans vos magasins, et le meilleur moyen d'attirer tous ces différents groupes est de passer par différents médias ou différentes célébrités", a déclaré Marzilli. «Ici, Burger King semble cibler ses trois ou quatre principaux groupes et investir l'argent pour les obtenir. L’approche est logique et les données suggèrent qu’elle a un impact. »

BrandIndex, basé à New York, calcule le buzz score de centaines de marques en interrogeant plus de 5 000 consommateurs adultes chaque jour de la semaine. Il est demandé aux personnes interrogées : « Si vous avez entendu quelque chose sur la marque au cours des deux dernières semaines, par le biais de la publicité, des informations ou du bouche-à-oreille, était-ce positif ou négatif ? » Les réponses négatives sont soustraites des réponses positives et une moyenne mobile est calculée allant de 100 à 100, avec une note de zéro indiquant des perceptions complètement neutres pour une marque.

Début mai, les femmes interrogées avaient une perception plus positive de Burger King, sur la base du buzz score de la marque avec ce groupe démographique de 64, par rapport à un buzz score moyen parmi tous les consommateurs pour toutes les marques de service rapide de 57. Consommateurs masculins a donné un score de buzz moyen de seulement 34 pour Burger King à ce moment-là.

Cependant, a noté BrandIndex, les scores de Burger King chez les hommes ont grimpé tout au long de la première quinzaine de mai lors de la diffusion de la publicité de la marque avec Tyler, atteignant un pic de 60 le 16 mai. score de buzz moyen pour toutes les chaînes de service rapide à 61 mais bien au-dessus de son point de départ du 1er mai.

À peu près au moment où le score de buzz des hommes a atteint son apogée à la mi-mai, les scores de buzz pour Burger King parmi les femmes interrogées ont commencé à grimper, atteignant un sommet de 76 le 29 mai, a découvert BrandIndex. Ces résultats semblaient suivre avec les débuts de la deuxième publicité de Burger King avec Beckham, dans laquelle l'un des nouveaux smoothies de Burger King se renversait sur sa chemise et les clientes et les employés l'imploraient d'enlever sa chemise.

Le buzz score de Burger King chez les femmes s'est terminé le 8 juin à 69, huit points au-dessus de la moyenne de l'industrie pour tous les consommateurs.

Marzilli a noté que même si cela peut être une tactique coûteuse, à haut risque et à haute récompense pour un restaurant d'utiliser des endosseurs de célébrités, l'approche de Burger King avec Beckham, Tyler et d'autres comme Salma Hayek et Jay Leno, semble fonctionner.

"Ce n'est pas bon marché d'obtenir des talents comme ça, mais c'est comme la théorie du portefeuille, où différentes personnes feront appel à différents segments de consommateurs", a-t-il déclaré. « Il est logique de cibler des groupes de clients spécifiques avec un contenu de niche ou des célébrités et c'est mieux qu'une stratégie unique. … Si vous allez dépenser de l'argent, vous pourriez aussi bien cibler tout le monde que vous pouvez. "

Marzilli a ajouté qu'il serait difficile pour Burger King de maintenir ce genre de buzz dans les scores, car le rafraîchissement de la campagne pourrait être très coûteux. Il a également noté que le plus grand rival de Burger King, McDonald's, dépensait beaucoup plus en publicité, ce que le nouveau directeur général de McDonald's, Don Thompson, a reconnu lorsqu'il a dit aux investisseurs que la chaîne "avait hâte de prendre les affaires de ses concurrents lorsqu'ils se retireraient des promotions".

"C'est très difficile de gagner cette bataille de manière cohérente", a déclaré Marzilli. « Le mieux que Burger King puisse faire est de choisir ses batailles et d’essayer différentes choses pour être récupéré gratuitement dans les médias sociaux et la presse et de combattre la guérilla avec un gars comme McDonald’s. De plus, c'est une chose de susciter le buzz et d'amener les gens dans les magasins pour donner une autre chance à Burger King, mais la vraie clé est l'exécution.

Pour son premier trimestre clos le 31 mars, Burger King Holdings Inc. a enregistré sa plus forte augmentation des ventes à magasins comparables en deux ans, avec une augmentation de 4,2 % aux États-Unis et au Canada.

Burger King, basé à Miami, exploite ou franchise 12 534 restaurants dans le monde.

Contactez Mark Brandau à [email protected]
Suivez-le sur Twitter : @Mark_from_NRN


Burger King lance une publicité télévisée qui déclenche Google Home : astuce marketing intelligente ou stratagème invasif ?

La nouvelle publicité a soulevé des inquiétudes concernant la confidentialité et la sécurité dans un monde d'appareils intelligents « à l'écoute constante ».

Mercredi, une publicité télévisée de Burger King est probablement devenue la première à déclencher intentionnellement des appareils intelligents tels que Google Home et les téléphones Android. Dans la publicité, un acteur fait face à la caméra et énonce clairement la phrase : « D'accord, Google. Qu'est-ce que le hamburger Whopper ? » à la fin de l'annonce.

Dans tout le pays, le clip audio a suscité une réponse sur un certain nombre d'appareils, avec des téléphones et des haut-parleurs intelligents répertoriant les ingrédients du hamburger sur la page d'informations du Whopper sur Wikipedia.

La nouvelle annonce, cependant, n'a pas été bien reçue par tous. Certains ont vu le déclenchement de leurs appareils par la publicité comme une nuisance, tandis que d'autres ont trouvé que la publicité était un rappel inconfortable de l'intrusion de la publicité dans un monde parsemé d'appareils intelligents « toujours à l'écoute ». Google, qui n'avait pas consulté Burger King pour la publicité, a désactivé la capacité de Google Home à être réveillé par la publicité dans la journée suivant sa première diffusion.

La réponse à la nouvelle annonce met en évidence bon nombre des préoccupations associées aux problèmes de confidentialité et de sécurité dans un monde de plus en plus numérique. Mais s'il s'agit peut-être de la première publicité à cibler les utilisateurs qui possèdent déjà un Google Home ou un autre appareil intelligent d'écoute, les stratégies d'atteinte à la vie privée que les entreprises utilisent pour cibler les clients ne sont pas nouvelles, déclare Saleem Alhabash, professeur de relations publiques et de médias sociaux au Michigan. Université d'État d'East Lansing, Michigan.

« Le ciblage comportemental est appliqué depuis un certain temps maintenant », a déclaré le Dr Alhabash au Christian Science Monitor dans un e-mail. "Les annonceurs, y compris Google, ont enregistré nos traces numériques et, grâce à des manipulations algorithmiques, nous ont fourni des publicités sur mesure qui ont plus de sens pour nous."

Théorie critique de la race : qui décide de ce qu'est l'histoire ?

La nouvelle publicité Burger King est simplement une extension de cette philosophie générale, dit-il. Mais tout en étant à la pointe de nouveaux types de publicité comme celle-ci peut rapporter de gros dividendes, cela peut aussi être risqué. Après tout, les réactions négatives des consommateurs peuvent être difficiles à prévoir, surtout avec un nouveau type de publicité comme celle-ci.

"Dans différents groupes générationnels, les consommateurs sont bien conscients des dangers et des menaces pour leur propre sécurité et leur vie privée en ligne. Ils savent ce qu'est l'affaire", ajoute Alhabash. "Dans de nombreux cas, ils ont le sentiment que la protection de leur vie privée en ligne est un tel monstre qu'ils finissent par se sentir vaincus et cèdent à l'idée qu'ils ne sont pas en mesure de protéger leur vie privée. Cependant, lorsqu'une publicité comme celle de Burger King flotte à la surface, les consommateurs se rappellent à quel point ils sont vulnérables."

Cela, dit-il, fait partie de la raison pour laquelle cette publicité a touché une corde sensible chez de nombreux téléspectateurs. Mais ce n'était pas la seule façon dont l'annonce s'est retournée contre lui.

Lorsque la nouvelle publicité a commencé à être diffusée, de nombreux téléspectateurs ont réalisé que les informations lues par Google Homes et les appareils Android provenaient directement de Wikipedia, qui peut être modifiée par n'importe qui. Bientôt, la description du Whopper sur la page Wikipedia a été modifiée pour contenir une liste d'ingrédients fictifs et dégoûtants, avec une modification identifiant le Whopper comme "le pire produit de hamburger" vendu par la chaîne de restauration rapide. Burger King a rapidement pris des mesures pour restaurer une entrée Wikipedia plus agréable au goût, mais avant longtemps, il a rencontré un autre problème : Google.

"Google n'a pas été consulté à ce sujet, par conséquent, il ne reçoit aucun des dollars publicitaires dépensés pour cette annonce", a déclaré Alhabash. "Google veut une part du gâteau."

Le géant de la technologie s'est retrouvé dans la position d'avoir ses propres produits activés dans une publicité que beaucoup n'aimaient pas, sans aucune compensation. Peu de temps après, les utilisateurs ont signalé que la nouvelle publicité n'activait plus leurs Google Homes, et Burger King a informé le New York Times que Google avait apporté des modifications qui empêchaient spécifiquement le son de l'annonce de réveiller les appareils, affaiblissant ainsi l'efficacité de la nouvelle campagne.

La désactivation par Google intervient quelques semaines seulement après que le géant de la technologie se soit retrouvé dans une position similaire à Burger King lorsque certains utilisateurs de Google Home ont réagi négativement à ce qui semblait être une promotion pour le récent film d'action en direct de Disney La Belle et la Bête niché entre les deux. la météo et les nouvelles. La promotion, qui a été diffusée sur quelques appareils le jour de la sortie du film, "n'était pas destinée à être une publicité", selon un porte-parole de Google.

Mais malgré le nombre important de commentaires négatifs pour ce type de publicité invasive, la nouvelle publicité Burger King - ainsi que toutes les publicités imitées qui surgissent - pourraient encore être un succès, déclare Jenny Olson, professeur de marketing à l'Université du Kansas. à Lawrence, Kan.

« D'un point de vue marketing, Burger King a atteint son objectif de capter l'attention des consommateurs dans un paysage médiatique de plus en plus saturé », a déclaré le Dr Olson au Monitor par e-mail. "Honnêtement, lorsque j'ai entendu parler de l'annonce pour la première fois (malgré les problèmes potentiels de confidentialité), ma réaction a été" Wow, c'est plutôt intelligent ! " Ce type de publicité est quelque chose que nous allons voir de plus en plus à mesure que les appareils d'IA deviendront plus courants dans nos maisons. »

Le but de la publicité, après tout, est de générer du buzz – non seulement sur le produit, mais aussi sur la publicité elle-même – et à cet égard, la publicité invasive a connu un immense succès, dit Olson.

Recevez les Monitor Stories qui vous intéressent dans votre boîte de réception.

« Burger King a certainement pris un risque en empruntant cette voie. [Et] même si la publicité ne se traduit pas par une augmentation des ventes de Whoppers, cela a lancé une conversation importante sur la confidentialité et l'éthique de la publicité sur ces nouvelles plateformes », dit-elle.


Burger King lance une publicité télévisée qui déclenche Google Home : astuce marketing intelligente ou stratagème invasif ?

La nouvelle publicité a soulevé des inquiétudes concernant la confidentialité et la sécurité dans un monde d'appareils intelligents « à l'écoute constante ».

Mercredi, une publicité télévisée de Burger King est probablement devenue la première à déclencher intentionnellement des appareils intelligents tels que Google Home et les téléphones Android. Dans la publicité, un acteur fait face à la caméra et énonce clairement la phrase : « D'accord, Google. Qu'est-ce que le hamburger Whopper ? » à la fin de l'annonce.

Dans tout le pays, le clip audio a suscité une réponse sur un certain nombre d'appareils, avec des téléphones et des haut-parleurs intelligents répertoriant les ingrédients du hamburger sur la page d'informations du Whopper sur Wikipedia.

La nouvelle annonce, cependant, n'a pas été bien reçue par tous. Certains ont vu le déclenchement de leurs appareils par la publicité comme une nuisance, tandis que d'autres ont trouvé que la publicité était un rappel inconfortable de l'intrusion de la publicité dans un monde parsemé d'appareils intelligents « toujours à l'écoute ». Google, qui n'avait pas consulté Burger King pour la publicité, a désactivé la capacité de Google Home à être réveillé par la publicité dans la journée suivant sa première diffusion.

La réponse à la nouvelle annonce met en évidence bon nombre des préoccupations associées aux problèmes de confidentialité et de sécurité dans un monde de plus en plus numérique. Mais s'il s'agit peut-être de la première publicité à cibler les utilisateurs qui possèdent déjà un Google Home ou un autre appareil intelligent d'écoute, les stratégies d'atteinte à la vie privée que les entreprises utilisent pour cibler les clients ne sont pas nouvelles, déclare Saleem Alhabash, professeur de relations publiques et de médias sociaux au Michigan. Université d'État à East Lansing, Michigan.

« Le ciblage comportemental est appliqué depuis un certain temps maintenant », a déclaré le Dr Alhabash au Christian Science Monitor dans un e-mail. "Les annonceurs, y compris Google, ont enregistré nos traces numériques et, grâce à des manipulations algorithmiques, nous ont fourni des publicités sur mesure qui ont plus de sens pour nous."

Théorie critique de la race : qui décide de ce qu'est l'histoire ?

La nouvelle publicité Burger King est simplement une extension de cette philosophie générale, dit-il. Mais tout en étant à la pointe de nouveaux types de publicité comme celle-ci peut rapporter de gros dividendes, cela peut aussi être risqué. Après tout, les réactions négatives des consommateurs peuvent être difficiles à prévoir, surtout avec un nouveau type de publicité comme celle-ci.

"Dans différents groupes générationnels, les consommateurs sont bien conscients des dangers et des menaces pour leur propre sécurité et leur vie privée en ligne. Ils savent ce qu'est l'affaire", ajoute Alhabash. "Dans de nombreux cas, ils ont le sentiment que la protection de leur vie privée en ligne est un tel monstre qu'ils finissent par se sentir vaincus et cèdent à l'idée qu'ils ne sont pas en mesure de protéger leur vie privée. Cependant, lorsqu'une publicité comme celle de Burger King flotte à la surface, on rappelle aux consommateurs à quel point ils sont vulnérables."

Cela, dit-il, fait partie de la raison pour laquelle cette publicité a touché une corde sensible chez de nombreux téléspectateurs. Mais ce n'était pas la seule façon dont l'annonce s'est retournée contre lui.

Lorsque la nouvelle publicité a commencé à être diffusée, de nombreux téléspectateurs ont réalisé que les informations lues par Google Homes et les appareils Android provenaient directement de Wikipedia, qui peut être modifiée par n'importe qui. Bientôt, la description du Whopper sur la page Wikipedia a été modifiée pour contenir une liste d'ingrédients fictifs et dégoûtants, avec une modification identifiant le Whopper comme "le pire produit de hamburger" vendu par la chaîne de restauration rapide. Burger King a rapidement pris des mesures pour restaurer une entrée Wikipedia plus agréable au goût, mais avant longtemps, il a rencontré un autre problème : Google.

"Google n'a pas été consulté à ce sujet, par conséquent, il ne reçoit aucun des dollars publicitaires dépensés pour cette annonce", a déclaré Alhabash. "Google veut une part du gâteau."

Le géant de la technologie s'est retrouvé dans la position d'avoir ses propres produits activés dans une publicité que beaucoup n'aimaient pas, sans aucune compensation. Peu de temps après, les utilisateurs ont signalé que la nouvelle publicité n'activait plus leurs Google Homes, et Burger King a informé le New York Times que Google avait apporté des modifications qui empêchaient spécifiquement le son de l'annonce de réveiller les appareils, affaiblissant ainsi l'efficacité de la nouvelle campagne.

La désactivation par Google intervient quelques semaines seulement après que le géant de la technologie se soit retrouvé dans une position similaire à Burger King lorsque certains utilisateurs de Google Home ont réagi négativement à ce qui semblait être une promotion pour le récent film d'action en direct de Disney La Belle et la Bête niché entre les deux. la météo et les nouvelles. La promotion, qui a été diffusée sur quelques appareils le jour de la sortie du film, "n'était pas destinée à être une publicité", selon un porte-parole de Google.

Mais malgré le nombre important de commentaires négatifs pour ce type de publicité invasive, la nouvelle publicité Burger King – ainsi que toutes les publicités imitées qui surgissent – ​​pourraient encore être un succès, déclare Jenny Olson, professeur de marketing à l'Université du Kansas. à Lawrence, Kan.

« D'un point de vue marketing, Burger King a atteint son objectif de capter l'attention des consommateurs dans un paysage médiatique de plus en plus saturé », a déclaré le Dr Olson au Monitor par e-mail. "Honnêtement, lorsque j'ai entendu parler de l'annonce pour la première fois (malgré les problèmes potentiels de confidentialité), ma réaction a été" Wow, c'est plutôt intelligent ! " Ce type de publicité est quelque chose que nous allons voir de plus en plus à mesure que les appareils d'IA deviendront plus courants dans nos maisons. »

Le but de la publicité, après tout, est de générer du buzz – non seulement sur le produit, mais aussi sur la publicité elle-même – et à cet égard, la publicité invasive a connu un immense succès, dit Olson.

Recevez les Monitor Stories qui vous intéressent dans votre boîte de réception.

« Burger King a certainement pris un risque en empruntant cette voie. [Et] même si la publicité ne se traduit pas par une augmentation des ventes de Whoppers, cela a lancé une conversation importante sur la confidentialité et l'éthique de la publicité sur ces nouvelles plateformes », dit-elle.


Burger King lance une publicité télévisée qui déclenche Google Home : astuce marketing intelligente ou stratagème invasif ?

La nouvelle publicité a soulevé des inquiétudes concernant la confidentialité et la sécurité dans un monde d'appareils intelligents « à l'écoute constante ».

Mercredi, une publicité télévisée de Burger King est probablement devenue la première à déclencher intentionnellement des appareils intelligents tels que Google Home et les téléphones Android. Dans la publicité, un acteur fait face à la caméra et énonce clairement la phrase : « D'accord, Google. Qu'est-ce que le hamburger Whopper ? » à la fin de l'annonce.

Dans tout le pays, le clip audio a suscité une réponse sur un certain nombre d'appareils, avec des téléphones et des haut-parleurs intelligents répertoriant les ingrédients du hamburger sur la page d'informations du Whopper sur Wikipedia.

La nouvelle annonce, cependant, n'a pas été bien reçue par tous. Certains ont vu le déclenchement de leurs appareils par la publicité comme une nuisance, tandis que d'autres ont trouvé que la publicité était un rappel inconfortable de l'intrusion de la publicité dans un monde parsemé d'appareils intelligents « toujours à l'écoute ». Google, qui n'avait pas consulté Burger King pour la publicité, a désactivé la capacité de Google Home à être réveillé par la publicité dans la journée suivant sa première diffusion.

La réponse à la nouvelle annonce met en évidence bon nombre des préoccupations associées aux problèmes de confidentialité et de sécurité dans un monde de plus en plus numérique. Mais s'il s'agit peut-être de la première publicité à cibler les utilisateurs qui possèdent déjà un Google Home ou un autre appareil intelligent d'écoute, les stratégies d'atteinte à la vie privée que les entreprises utilisent pour cibler les clients ne sont pas nouvelles, déclare Saleem Alhabash, professeur de relations publiques et de médias sociaux au Michigan. Université d'État d'East Lansing, Michigan.

« Le ciblage comportemental est appliqué depuis un certain temps maintenant », a déclaré le Dr Alhabash au Christian Science Monitor dans un e-mail. "Les annonceurs, y compris Google, ont enregistré nos traces numériques et, grâce à des manipulations algorithmiques, nous ont fourni des publicités sur mesure qui ont plus de sens pour nous."

Théorie critique de la race : qui décide de ce qu'est l'histoire ?

La nouvelle publicité Burger King est simplement une extension de cette philosophie générale, dit-il. Mais tout en étant à la pointe de nouveaux types de publicité comme celle-ci peut rapporter de gros dividendes, cela peut aussi être risqué. Après tout, les réactions négatives des consommateurs peuvent être difficiles à prévoir, surtout avec un nouveau type de publicité comme celle-ci.

"Dans différents groupes générationnels, les consommateurs sont bien conscients des dangers et des menaces pour leur propre sécurité et leur vie privée en ligne. Ils savent ce qu'est l'affaire", ajoute Alhabash. "Dans de nombreux cas, ils ont le sentiment que la protection de leur vie privée en ligne est un tel monstre qu'ils finissent par se sentir vaincus et cèdent à l'idée qu'ils ne sont pas en mesure de protéger leur vie privée. Cependant, lorsqu'une publicité comme celle de Burger King flotte à la surface, on rappelle aux consommateurs à quel point ils sont vulnérables."

Cela, dit-il, fait partie de la raison pour laquelle cette publicité a touché une corde sensible chez de nombreux téléspectateurs. Mais ce n'était pas la seule façon dont l'annonce s'est retournée contre lui.

Lorsque la nouvelle publicité a commencé à être diffusée, de nombreux téléspectateurs ont réalisé que les informations lues par Google Homes et les appareils Android provenaient directement de Wikipedia, qui peut être modifiée par n'importe qui. Bientôt, la description du Whopper sur la page Wikipedia a été modifiée pour contenir une liste d'ingrédients fictifs et dégoûtants, avec une modification identifiant le Whopper comme "le pire produit de hamburger" vendu par la chaîne de restauration rapide. Burger King a rapidement pris des mesures pour restaurer une entrée Wikipedia plus agréable au goût, mais avant longtemps, il a rencontré un autre problème : Google.

"Google n'a pas été consulté à ce sujet, par conséquent, il ne reçoit aucun des dollars publicitaires dépensés pour cette annonce", a déclaré Alhabash. "Google veut une part du gâteau."

Le géant de la technologie s'est retrouvé dans la position d'avoir ses propres produits activés dans une publicité que beaucoup n'aimaient pas, sans aucune compensation. Peu de temps après, les utilisateurs ont signalé que la nouvelle publicité n'activait plus leurs Google Homes, et Burger King a informé le New York Times que Google avait apporté des modifications qui empêchaient spécifiquement le son de l'annonce de réveiller les appareils, affaiblissant ainsi l'efficacité de la nouvelle campagne.

La désactivation par Google intervient quelques semaines seulement après que le géant de la technologie se soit retrouvé dans une position similaire à Burger King lorsque certains utilisateurs de Google Home ont réagi négativement à ce qui semblait être une promotion pour le récent film d'action en direct de Disney La Belle et la Bête niché entre les deux. la météo et les nouvelles. La promotion, qui a été diffusée sur quelques appareils le jour de la sortie du film, "n'était pas destinée à être une publicité", selon un porte-parole de Google.

Mais malgré le nombre important de commentaires négatifs pour ce type de publicité invasive, la nouvelle publicité Burger King - ainsi que toutes les publicités imitées qui surgissent - pourraient encore être un succès, déclare Jenny Olson, professeur de marketing à l'Université du Kansas. à Lawrence, Kan.

« D'un point de vue marketing, Burger King a atteint son objectif de capter l'attention des consommateurs dans un paysage médiatique de plus en plus saturé », a déclaré le Dr Olson au Monitor par e-mail. "Honnêtement, lorsque j'ai entendu parler de l'annonce pour la première fois (malgré des problèmes potentiels de confidentialité), ma réaction a été" Wow, c'est assez intelligent ! " Ce type de publicité est quelque chose que nous allons voir de plus en plus à mesure que les appareils d'IA deviendront plus courants dans nos maisons. »

Le but de la publicité, après tout, est de générer du buzz – non seulement sur le produit, mais aussi sur la publicité elle-même – et à cet égard, la publicité invasive a connu un immense succès, dit Olson.

Recevez les Monitor Stories qui vous intéressent dans votre boîte de réception.

« Burger King a certainement pris un risque en empruntant cette voie. [Et] même si la publicité ne se traduit pas par une augmentation des ventes de Whoppers, cela a lancé une conversation importante sur la confidentialité et l'éthique de la publicité sur ces nouvelles plateformes », dit-elle.


Burger King lance une publicité télévisée qui déclenche Google Home : astuce marketing intelligente ou stratagème invasif ?

La nouvelle publicité a soulevé des inquiétudes concernant la confidentialité et la sécurité dans un monde d'appareils intelligents « à l'écoute constante ».

Mercredi, une publicité télévisée de Burger King est probablement devenue la première à déclencher intentionnellement des appareils intelligents tels que Google Home et les téléphones Android. Dans la publicité, un acteur fait face à la caméra et énonce clairement la phrase : « D'accord, Google. Qu'est-ce que le hamburger Whopper ? » à la fin de l'annonce.

Dans tout le pays, le clip audio a suscité une réponse sur un certain nombre d'appareils, avec des téléphones et des haut-parleurs intelligents répertoriant les ingrédients du hamburger sur la page d'informations du Whopper sur Wikipedia.

La nouvelle annonce, cependant, n'a pas été bien reçue par tous. Certains ont vu le déclenchement de leurs appareils par la publicité comme une nuisance, tandis que d'autres ont trouvé que la publicité était un rappel inconfortable de l'intrusion de la publicité dans un monde parsemé d'appareils intelligents « toujours à l'écoute ». Google, qui n'avait pas consulté Burger King pour la publicité, a désactivé la capacité de Google Home à être réveillé par la publicité dans la journée suivant sa première diffusion.

La réponse à la nouvelle annonce met en évidence bon nombre des préoccupations associées aux problèmes de confidentialité et de sécurité dans un monde de plus en plus numérique. Mais s'il s'agit peut-être de la première publicité à cibler les utilisateurs qui possèdent déjà un Google Home ou un autre appareil intelligent d'écoute, les stratégies d'atteinte à la vie privée que les entreprises utilisent pour cibler les clients ne sont pas nouvelles, déclare Saleem Alhabash, professeur de relations publiques et de médias sociaux au Michigan. Université d'État à East Lansing, Michigan.

« Le ciblage comportemental est appliqué depuis un certain temps maintenant », a déclaré le Dr Alhabash au Christian Science Monitor dans un e-mail. "Les annonceurs, y compris Google, ont enregistré nos traces numériques et, grâce à des manipulations algorithmiques, nous ont fourni des publicités sur mesure qui ont plus de sens pour nous."

Théorie critique de la race : qui décide de ce qu'est l'histoire ?

La nouvelle publicité Burger King est simplement une extension de cette philosophie générale, dit-il. Mais tout en étant à la pointe de nouveaux types de publicité comme celle-ci peut rapporter de gros dividendes, cela peut aussi être risqué. Après tout, les réactions négatives des consommateurs peuvent être difficiles à prévoir, surtout avec un nouveau type de publicité comme celle-ci.

"Dans différents groupes générationnels, les consommateurs sont bien conscients des dangers et des menaces pour leur propre sécurité et leur vie privée en ligne. Ils savent ce qu'est l'affaire", ajoute Alhabash. "Dans de nombreux cas, ils ont le sentiment que la protection de leur vie privée en ligne est un tel monstre qu'ils finissent par se sentir vaincus et cèdent à l'idée qu'ils ne sont pas en mesure de protéger leur vie privée. Cependant, lorsqu'une publicité comme celle de Burger King flotte à la surface, les consommateurs se rappellent à quel point ils sont vulnérables."

Cela, dit-il, fait partie de la raison pour laquelle cette publicité a touché une corde sensible chez de nombreux téléspectateurs. Mais ce n'était pas la seule façon dont l'annonce s'est retournée contre lui.

Lorsque la nouvelle publicité a commencé à être diffusée, de nombreux téléspectateurs ont réalisé que les informations lues par Google Homes et les appareils Android provenaient directement de Wikipedia, qui peut être modifiée par n'importe qui. Bientôt, la description du Whopper sur la page Wikipedia a été modifiée pour contenir une liste d'ingrédients fictifs et dégoûtants, avec une modification identifiant le Whopper comme "le pire produit de hamburger" vendu par la chaîne de restauration rapide. Burger King a rapidement pris des mesures pour restaurer une entrée Wikipedia plus agréable au goût, mais avant longtemps, il a rencontré un autre problème : Google.

"Google n'a pas été consulté à ce sujet, par conséquent, il ne reçoit aucun des dollars publicitaires dépensés pour cette annonce", a déclaré Alhabash. "Google veut une part du gâteau."

Le géant de la technologie s'est retrouvé dans la position d'avoir ses propres produits activés dans une publicité que beaucoup n'aimaient pas, sans aucune compensation. Peu de temps après, les utilisateurs ont signalé que la nouvelle publicité n'activait plus leurs Google Homes, et Burger King a informé le New York Times que Google avait apporté des modifications qui empêchaient spécifiquement le son de l'annonce de réveiller les appareils, affaiblissant ainsi l'efficacité de la nouvelle campagne.

La désactivation par Google intervient quelques semaines seulement après que le géant de la technologie se soit retrouvé dans une position similaire à Burger King lorsque certains utilisateurs de Google Home ont réagi négativement à ce qui semblait être une promotion pour le récent film d'action en direct de Disney La Belle et la Bête niché entre les deux. la météo et les nouvelles. La promotion, qui a été diffusée sur quelques appareils le jour de la sortie du film, "n'était pas destinée à être une publicité", selon un porte-parole de Google.

Mais malgré le nombre important de commentaires négatifs pour ce type de publicité invasive, la nouvelle publicité Burger King - ainsi que toutes les publicités imitées qui surgissent - pourraient encore être un succès, déclare Jenny Olson, professeur de marketing à l'Université du Kansas. à Lawrence, Kan.

« D'un point de vue marketing, Burger King a atteint son objectif de capter l'attention des consommateurs dans un paysage médiatique de plus en plus saturé », a déclaré le Dr Olson au Monitor par e-mail. "Honnêtement, lorsque j'ai entendu parler de l'annonce pour la première fois (malgré les problèmes potentiels de confidentialité), ma réaction a été" Wow, c'est plutôt intelligent ! " Ce type de publicité est quelque chose que nous allons voir de plus en plus à mesure que les appareils d'IA deviendront plus courants dans nos maisons. »

Le but de la publicité, après tout, est de générer du buzz – non seulement sur le produit, mais aussi sur la publicité elle-même – et à cet égard, la publicité invasive a connu un immense succès, dit Olson.

Recevez les Monitor Stories qui vous intéressent dans votre boîte de réception.

« Burger King a certainement pris un risque en empruntant cette voie. [Et] même si la publicité ne se traduit pas par une augmentation des ventes de Whoppers, cela a lancé une conversation importante sur la confidentialité et l'éthique de la publicité sur ces nouvelles plateformes », dit-elle.


Burger King lance une publicité télévisée qui déclenche Google Home : astuce marketing intelligente ou stratagème invasif ?

La nouvelle publicité a soulevé des inquiétudes concernant la confidentialité et la sécurité dans un monde d'appareils intelligents « à l'écoute constante ».

Mercredi, une publicité télévisée de Burger King est probablement devenue la première à déclencher intentionnellement des appareils intelligents tels que Google Home et les téléphones Android. Dans la publicité, un acteur fait face à la caméra et énonce clairement la phrase : « D'accord, Google. Qu'est-ce que le hamburger Whopper ? » à la fin de l'annonce.

Dans tout le pays, le clip audio a suscité une réponse sur un certain nombre d'appareils, avec des téléphones et des haut-parleurs intelligents répertoriant les ingrédients du hamburger sur la page d'informations du Whopper sur Wikipedia.

La nouvelle annonce, cependant, n'a pas été bien reçue par tous. Certains ont vu le déclenchement de leurs appareils par la publicité comme une nuisance, tandis que d'autres ont trouvé que la publicité était un rappel inconfortable de l'intrusion de la publicité dans un monde parsemé d'appareils intelligents « toujours à l'écoute ». Google, qui n'avait pas consulté Burger King pour la publicité, a désactivé la capacité de Google Home à être réveillé par la publicité dans la journée suivant sa première diffusion.

La réponse à la nouvelle annonce met en évidence bon nombre des préoccupations associées aux problèmes de confidentialité et de sécurité dans un monde de plus en plus numérique. Mais s'il s'agit peut-être de la première publicité à cibler les utilisateurs qui possèdent déjà un Google Home ou un autre appareil intelligent d'écoute, les stratégies d'atteinte à la vie privée que les entreprises utilisent pour cibler les clients ne sont pas nouvelles, déclare Saleem Alhabash, professeur de relations publiques et de médias sociaux au Michigan. Université d'État à East Lansing, Michigan.

« Le ciblage comportemental est appliqué depuis un certain temps maintenant », a déclaré le Dr Alhabash au Christian Science Monitor dans un e-mail. "Les annonceurs, y compris Google, ont enregistré nos traces numériques et, grâce à des manipulations algorithmiques, nous ont fourni des publicités sur mesure qui ont plus de sens pour nous."

Théorie critique de la race : qui décide de ce qu'est l'histoire ?

La nouvelle publicité Burger King est simplement une extension de cette philosophie générale, dit-il. Mais tout en étant à la pointe de nouveaux types de publicité comme celle-ci peut rapporter de gros dividendes, cela peut aussi être risqué. Après tout, les réactions négatives des consommateurs peuvent être difficiles à prévoir, surtout avec un nouveau type de publicité comme celle-ci.

"Dans différents groupes générationnels, les consommateurs sont bien conscients des dangers et des menaces pour leur propre sécurité et leur vie privée en ligne. Ils savent ce qu'est l'affaire", ajoute Alhabash. "Dans de nombreux cas, ils ont le sentiment que la protection de leur vie privée en ligne est un tel monstre qu'ils finissent par se sentir vaincus et cèdent à l'idée qu'ils ne sont pas en mesure de protéger leur vie privée. Cependant, lorsqu'une publicité comme celle de Burger King flotte à la surface, on rappelle aux consommateurs à quel point ils sont vulnérables."

Cela, dit-il, fait partie de la raison pour laquelle cette publicité a touché une corde sensible chez de nombreux téléspectateurs. Mais ce n'était pas la seule façon dont l'annonce s'est retournée contre lui.

Lorsque la nouvelle publicité a commencé à être diffusée, de nombreux téléspectateurs ont réalisé que les informations lues par Google Homes et les appareils Android provenaient directement de Wikipedia, qui peut être modifiée par n'importe qui. Soon, the description of the Whopper on the Wikipedia page was altered to contain a list of fictitious and disgusting ingredients, with one edit identifying the Whopper as "the worst hamburger product" sold by the fast food chain. Burger King quickly took steps to restore a more palatable-sounding Wikipedia entry, but before long it had encountered another problem: Google.

"Google has not been consulted on this, therefore, it is not getting any of the advertising dollars spent on this ad," says Alhabash. "Google wants a piece of the pie."

The tech giant found itself in the position of having its own products activated in an ad that many disliked, without any compensation. Before long, users reported that the new commercial no longer activated their Google Homes, and Burger King informed The New York Times that Google had made alterations that specifically prevented the ad's audio waking up the devices, thereby weakening the effectiveness of the new campaign.

The deactivation by Google comes only a few weeks after the tech giant found itself in a similar position to Burger King when some Google Home users reacted negatively to what seemed to be a promotion for Disney's recent live-action Beauty and the Beast film tucked in between the weather and the news. The promotion, which played on a few devices on the day of the film's release, "wasn't intended to be an ad," according to a Google spokesperson.

But despite the fair amount of negative feedback for this kind of invasive advertising, the new Burger King ad – as well as any copycat commercials that crop up – may yet be a success, says Jenny Olson, a professor of marketing at the University of Kansas in Lawrence, Kan.

"From a marketing standpoint, Burger King achieved their objective of capturing consumers' attention in an increasingly saturated mediascape," Dr. Olson tells the Monitor via email. "Honestly, when I first heard about the ad (despite potential privacy concerns), my reaction was 'Wow, that's pretty clever!' This sort of advertising is something we’re going to be seeing more of as AI devices become more common in our homes."

The purpose of advertising, after all, is to generate buzz – not just about the product, but also about the commercial itself – and in that regard, the invasive ad has been immensely successful, Olson says.

Get the Monitor Stories you care about delivered to your inbox.

"Burger King certainly took a risk in going this route. [And] even if the ad doesn't translate into increased sales of Whoppers, it's started an important conversation about privacy and ethics of advertising on these new platforms," she says.


Burger King launches TV ad that triggers Google Home: clever marketing trick or invasive ploy?

The new ad has raised concerns about privacy and security in a world of 'always listening' smart devices.

On Wednesday, a Burger King television ad likely became the first ever to intentionally trigger smart devices like Google Home and Android phones. In the commercial, an actor faces the camera and clearly enunciates the phrase, "Okay, Google. What is the Whopper burger?" at the end of the advertisement.

Around the country, the audio clip prompted a response on a number of devices, with phones and smart speakers listing off the ingredients in the burger from the Whopper's information page on Wikipedia.

The new ad, however, was not well received by all. Some saw the triggering of their devices by the ad as a nuisance, while others found the commercial to be an uncomfortable reminder of the intrusion of advertising in a world peppered with "always-listening" smart devices. Google, which had not consulted with Burger King for the commercial, disabled the Google Home's ability to be awakened by the advertisement within a day of its first airing.

The response to the new ad highlights many of the concerns associated with privacy and security concerns in an increasingly digital world. But while this might be the first ad to target users who already own a Google Home or other listening smart device, privacy-invading strategies companies use to target customers are nothing new, says Saleem Alhabash, a professor of Public Relations and Social Media at Michigan State University in East Lansing, Mich.

"Behavioral targeting has been applied for quite some time now," Dr. Alhabash tells The Christian Science Monitor in an email. "Advertisers, including Google, have been recording our digital traces and through algorithmic manipulation, providing us with tailored ads that are more meaningful to us."

Critical race theory: Who gets to decide what is history?

The new Burger King ad is simply an extension of this general philosophy, he says. But while being on the cutting edge of new types of advertising like this can pay big dividends, it can also be risky. After all, consumer backlash can be hard to predict, especially with a new type of commercial like this.

"Across different generational groups, consumers are well aware of the dangers and threats to their own security and privacy online. They know what the deal is," Alhabash adds. "In a lot of instances, they feel that protecting their privacy online is such a behemoth that they end up feeling defeated and give in to the idea of them not being able to protect their privacy. However, when an ad like the Burger King one floats to the surface, consumers are reminded of how vulnerable they are."

That, he says, is part of the reason this ad has struck such a dissonant chord with many viewers. But that wasn't the only way the ad backfired.

As the new commercial first began to air, many viewers realized that the information read out by Google Homes and Android devices came directly from Wikipedia, which can be edited by anyone. Soon, the description of the Whopper on the Wikipedia page was altered to contain a list of fictitious and disgusting ingredients, with one edit identifying the Whopper as "the worst hamburger product" sold by the fast food chain. Burger King quickly took steps to restore a more palatable-sounding Wikipedia entry, but before long it had encountered another problem: Google.

"Google has not been consulted on this, therefore, it is not getting any of the advertising dollars spent on this ad," says Alhabash. "Google wants a piece of the pie."

The tech giant found itself in the position of having its own products activated in an ad that many disliked, without any compensation. Before long, users reported that the new commercial no longer activated their Google Homes, and Burger King informed The New York Times that Google had made alterations that specifically prevented the ad's audio waking up the devices, thereby weakening the effectiveness of the new campaign.

The deactivation by Google comes only a few weeks after the tech giant found itself in a similar position to Burger King when some Google Home users reacted negatively to what seemed to be a promotion for Disney's recent live-action Beauty and the Beast film tucked in between the weather and the news. The promotion, which played on a few devices on the day of the film's release, "wasn't intended to be an ad," according to a Google spokesperson.

But despite the fair amount of negative feedback for this kind of invasive advertising, the new Burger King ad – as well as any copycat commercials that crop up – may yet be a success, says Jenny Olson, a professor of marketing at the University of Kansas in Lawrence, Kan.

"From a marketing standpoint, Burger King achieved their objective of capturing consumers' attention in an increasingly saturated mediascape," Dr. Olson tells the Monitor via email. "Honestly, when I first heard about the ad (despite potential privacy concerns), my reaction was 'Wow, that's pretty clever!' This sort of advertising is something we’re going to be seeing more of as AI devices become more common in our homes."

The purpose of advertising, after all, is to generate buzz – not just about the product, but also about the commercial itself – and in that regard, the invasive ad has been immensely successful, Olson says.

Get the Monitor Stories you care about delivered to your inbox.

"Burger King certainly took a risk in going this route. [And] even if the ad doesn't translate into increased sales of Whoppers, it's started an important conversation about privacy and ethics of advertising on these new platforms," she says.


Burger King launches TV ad that triggers Google Home: clever marketing trick or invasive ploy?

The new ad has raised concerns about privacy and security in a world of 'always listening' smart devices.

On Wednesday, a Burger King television ad likely became the first ever to intentionally trigger smart devices like Google Home and Android phones. In the commercial, an actor faces the camera and clearly enunciates the phrase, "Okay, Google. What is the Whopper burger?" at the end of the advertisement.

Around the country, the audio clip prompted a response on a number of devices, with phones and smart speakers listing off the ingredients in the burger from the Whopper's information page on Wikipedia.

The new ad, however, was not well received by all. Some saw the triggering of their devices by the ad as a nuisance, while others found the commercial to be an uncomfortable reminder of the intrusion of advertising in a world peppered with "always-listening" smart devices. Google, which had not consulted with Burger King for the commercial, disabled the Google Home's ability to be awakened by the advertisement within a day of its first airing.

The response to the new ad highlights many of the concerns associated with privacy and security concerns in an increasingly digital world. But while this might be the first ad to target users who already own a Google Home or other listening smart device, privacy-invading strategies companies use to target customers are nothing new, says Saleem Alhabash, a professor of Public Relations and Social Media at Michigan State University in East Lansing, Mich.

"Behavioral targeting has been applied for quite some time now," Dr. Alhabash tells The Christian Science Monitor in an email. "Advertisers, including Google, have been recording our digital traces and through algorithmic manipulation, providing us with tailored ads that are more meaningful to us."

Critical race theory: Who gets to decide what is history?

The new Burger King ad is simply an extension of this general philosophy, he says. But while being on the cutting edge of new types of advertising like this can pay big dividends, it can also be risky. After all, consumer backlash can be hard to predict, especially with a new type of commercial like this.

"Across different generational groups, consumers are well aware of the dangers and threats to their own security and privacy online. They know what the deal is," Alhabash adds. "In a lot of instances, they feel that protecting their privacy online is such a behemoth that they end up feeling defeated and give in to the idea of them not being able to protect their privacy. However, when an ad like the Burger King one floats to the surface, consumers are reminded of how vulnerable they are."

That, he says, is part of the reason this ad has struck such a dissonant chord with many viewers. But that wasn't the only way the ad backfired.

As the new commercial first began to air, many viewers realized that the information read out by Google Homes and Android devices came directly from Wikipedia, which can be edited by anyone. Soon, the description of the Whopper on the Wikipedia page was altered to contain a list of fictitious and disgusting ingredients, with one edit identifying the Whopper as "the worst hamburger product" sold by the fast food chain. Burger King quickly took steps to restore a more palatable-sounding Wikipedia entry, but before long it had encountered another problem: Google.

"Google has not been consulted on this, therefore, it is not getting any of the advertising dollars spent on this ad," says Alhabash. "Google wants a piece of the pie."

The tech giant found itself in the position of having its own products activated in an ad that many disliked, without any compensation. Before long, users reported that the new commercial no longer activated their Google Homes, and Burger King informed The New York Times that Google had made alterations that specifically prevented the ad's audio waking up the devices, thereby weakening the effectiveness of the new campaign.

The deactivation by Google comes only a few weeks after the tech giant found itself in a similar position to Burger King when some Google Home users reacted negatively to what seemed to be a promotion for Disney's recent live-action Beauty and the Beast film tucked in between the weather and the news. The promotion, which played on a few devices on the day of the film's release, "wasn't intended to be an ad," according to a Google spokesperson.

But despite the fair amount of negative feedback for this kind of invasive advertising, the new Burger King ad – as well as any copycat commercials that crop up – may yet be a success, says Jenny Olson, a professor of marketing at the University of Kansas in Lawrence, Kan.

"From a marketing standpoint, Burger King achieved their objective of capturing consumers' attention in an increasingly saturated mediascape," Dr. Olson tells the Monitor via email. "Honestly, when I first heard about the ad (despite potential privacy concerns), my reaction was 'Wow, that's pretty clever!' This sort of advertising is something we’re going to be seeing more of as AI devices become more common in our homes."

The purpose of advertising, after all, is to generate buzz – not just about the product, but also about the commercial itself – and in that regard, the invasive ad has been immensely successful, Olson says.

Get the Monitor Stories you care about delivered to your inbox.

"Burger King certainly took a risk in going this route. [And] even if the ad doesn't translate into increased sales of Whoppers, it's started an important conversation about privacy and ethics of advertising on these new platforms," she says.


Burger King launches TV ad that triggers Google Home: clever marketing trick or invasive ploy?

The new ad has raised concerns about privacy and security in a world of 'always listening' smart devices.

On Wednesday, a Burger King television ad likely became the first ever to intentionally trigger smart devices like Google Home and Android phones. In the commercial, an actor faces the camera and clearly enunciates the phrase, "Okay, Google. What is the Whopper burger?" at the end of the advertisement.

Around the country, the audio clip prompted a response on a number of devices, with phones and smart speakers listing off the ingredients in the burger from the Whopper's information page on Wikipedia.

The new ad, however, was not well received by all. Some saw the triggering of their devices by the ad as a nuisance, while others found the commercial to be an uncomfortable reminder of the intrusion of advertising in a world peppered with "always-listening" smart devices. Google, which had not consulted with Burger King for the commercial, disabled the Google Home's ability to be awakened by the advertisement within a day of its first airing.

The response to the new ad highlights many of the concerns associated with privacy and security concerns in an increasingly digital world. But while this might be the first ad to target users who already own a Google Home or other listening smart device, privacy-invading strategies companies use to target customers are nothing new, says Saleem Alhabash, a professor of Public Relations and Social Media at Michigan State University in East Lansing, Mich.

"Behavioral targeting has been applied for quite some time now," Dr. Alhabash tells The Christian Science Monitor in an email. "Advertisers, including Google, have been recording our digital traces and through algorithmic manipulation, providing us with tailored ads that are more meaningful to us."

Critical race theory: Who gets to decide what is history?

The new Burger King ad is simply an extension of this general philosophy, he says. But while being on the cutting edge of new types of advertising like this can pay big dividends, it can also be risky. After all, consumer backlash can be hard to predict, especially with a new type of commercial like this.

"Across different generational groups, consumers are well aware of the dangers and threats to their own security and privacy online. They know what the deal is," Alhabash adds. "In a lot of instances, they feel that protecting their privacy online is such a behemoth that they end up feeling defeated and give in to the idea of them not being able to protect their privacy. However, when an ad like the Burger King one floats to the surface, consumers are reminded of how vulnerable they are."

That, he says, is part of the reason this ad has struck such a dissonant chord with many viewers. But that wasn't the only way the ad backfired.

As the new commercial first began to air, many viewers realized that the information read out by Google Homes and Android devices came directly from Wikipedia, which can be edited by anyone. Soon, the description of the Whopper on the Wikipedia page was altered to contain a list of fictitious and disgusting ingredients, with one edit identifying the Whopper as "the worst hamburger product" sold by the fast food chain. Burger King quickly took steps to restore a more palatable-sounding Wikipedia entry, but before long it had encountered another problem: Google.

"Google has not been consulted on this, therefore, it is not getting any of the advertising dollars spent on this ad," says Alhabash. "Google wants a piece of the pie."

The tech giant found itself in the position of having its own products activated in an ad that many disliked, without any compensation. Before long, users reported that the new commercial no longer activated their Google Homes, and Burger King informed The New York Times that Google had made alterations that specifically prevented the ad's audio waking up the devices, thereby weakening the effectiveness of the new campaign.

The deactivation by Google comes only a few weeks after the tech giant found itself in a similar position to Burger King when some Google Home users reacted negatively to what seemed to be a promotion for Disney's recent live-action Beauty and the Beast film tucked in between the weather and the news. The promotion, which played on a few devices on the day of the film's release, "wasn't intended to be an ad," according to a Google spokesperson.

But despite the fair amount of negative feedback for this kind of invasive advertising, the new Burger King ad – as well as any copycat commercials that crop up – may yet be a success, says Jenny Olson, a professor of marketing at the University of Kansas in Lawrence, Kan.

"From a marketing standpoint, Burger King achieved their objective of capturing consumers' attention in an increasingly saturated mediascape," Dr. Olson tells the Monitor via email. "Honestly, when I first heard about the ad (despite potential privacy concerns), my reaction was 'Wow, that's pretty clever!' This sort of advertising is something we’re going to be seeing more of as AI devices become more common in our homes."

The purpose of advertising, after all, is to generate buzz – not just about the product, but also about the commercial itself – and in that regard, the invasive ad has been immensely successful, Olson says.

Get the Monitor Stories you care about delivered to your inbox.

"Burger King certainly took a risk in going this route. [And] even if the ad doesn't translate into increased sales of Whoppers, it's started an important conversation about privacy and ethics of advertising on these new platforms," she says.


Burger King launches TV ad that triggers Google Home: clever marketing trick or invasive ploy?

The new ad has raised concerns about privacy and security in a world of 'always listening' smart devices.

On Wednesday, a Burger King television ad likely became the first ever to intentionally trigger smart devices like Google Home and Android phones. In the commercial, an actor faces the camera and clearly enunciates the phrase, "Okay, Google. What is the Whopper burger?" at the end of the advertisement.

Around the country, the audio clip prompted a response on a number of devices, with phones and smart speakers listing off the ingredients in the burger from the Whopper's information page on Wikipedia.

The new ad, however, was not well received by all. Some saw the triggering of their devices by the ad as a nuisance, while others found the commercial to be an uncomfortable reminder of the intrusion of advertising in a world peppered with "always-listening" smart devices. Google, which had not consulted with Burger King for the commercial, disabled the Google Home's ability to be awakened by the advertisement within a day of its first airing.

The response to the new ad highlights many of the concerns associated with privacy and security concerns in an increasingly digital world. But while this might be the first ad to target users who already own a Google Home or other listening smart device, privacy-invading strategies companies use to target customers are nothing new, says Saleem Alhabash, a professor of Public Relations and Social Media at Michigan State University in East Lansing, Mich.

"Behavioral targeting has been applied for quite some time now," Dr. Alhabash tells The Christian Science Monitor in an email. "Advertisers, including Google, have been recording our digital traces and through algorithmic manipulation, providing us with tailored ads that are more meaningful to us."

Critical race theory: Who gets to decide what is history?

The new Burger King ad is simply an extension of this general philosophy, he says. But while being on the cutting edge of new types of advertising like this can pay big dividends, it can also be risky. After all, consumer backlash can be hard to predict, especially with a new type of commercial like this.

"Across different generational groups, consumers are well aware of the dangers and threats to their own security and privacy online. They know what the deal is," Alhabash adds. "In a lot of instances, they feel that protecting their privacy online is such a behemoth that they end up feeling defeated and give in to the idea of them not being able to protect their privacy. However, when an ad like the Burger King one floats to the surface, consumers are reminded of how vulnerable they are."

That, he says, is part of the reason this ad has struck such a dissonant chord with many viewers. But that wasn't the only way the ad backfired.

As the new commercial first began to air, many viewers realized that the information read out by Google Homes and Android devices came directly from Wikipedia, which can be edited by anyone. Soon, the description of the Whopper on the Wikipedia page was altered to contain a list of fictitious and disgusting ingredients, with one edit identifying the Whopper as "the worst hamburger product" sold by the fast food chain. Burger King quickly took steps to restore a more palatable-sounding Wikipedia entry, but before long it had encountered another problem: Google.

"Google has not been consulted on this, therefore, it is not getting any of the advertising dollars spent on this ad," says Alhabash. "Google wants a piece of the pie."

The tech giant found itself in the position of having its own products activated in an ad that many disliked, without any compensation. Before long, users reported that the new commercial no longer activated their Google Homes, and Burger King informed The New York Times that Google had made alterations that specifically prevented the ad's audio waking up the devices, thereby weakening the effectiveness of the new campaign.

The deactivation by Google comes only a few weeks after the tech giant found itself in a similar position to Burger King when some Google Home users reacted negatively to what seemed to be a promotion for Disney's recent live-action Beauty and the Beast film tucked in between the weather and the news. The promotion, which played on a few devices on the day of the film's release, "wasn't intended to be an ad," according to a Google spokesperson.

But despite the fair amount of negative feedback for this kind of invasive advertising, the new Burger King ad – as well as any copycat commercials that crop up – may yet be a success, says Jenny Olson, a professor of marketing at the University of Kansas in Lawrence, Kan.

"From a marketing standpoint, Burger King achieved their objective of capturing consumers' attention in an increasingly saturated mediascape," Dr. Olson tells the Monitor via email. "Honestly, when I first heard about the ad (despite potential privacy concerns), my reaction was 'Wow, that's pretty clever!' This sort of advertising is something we’re going to be seeing more of as AI devices become more common in our homes."

The purpose of advertising, after all, is to generate buzz – not just about the product, but also about the commercial itself – and in that regard, the invasive ad has been immensely successful, Olson says.

Get the Monitor Stories you care about delivered to your inbox.

"Burger King certainly took a risk in going this route. [And] even if the ad doesn't translate into increased sales of Whoppers, it's started an important conversation about privacy and ethics of advertising on these new platforms," she says.


Burger King launches TV ad that triggers Google Home: clever marketing trick or invasive ploy?

The new ad has raised concerns about privacy and security in a world of 'always listening' smart devices.

On Wednesday, a Burger King television ad likely became the first ever to intentionally trigger smart devices like Google Home and Android phones. In the commercial, an actor faces the camera and clearly enunciates the phrase, "Okay, Google. What is the Whopper burger?" at the end of the advertisement.

Around the country, the audio clip prompted a response on a number of devices, with phones and smart speakers listing off the ingredients in the burger from the Whopper's information page on Wikipedia.

The new ad, however, was not well received by all. Some saw the triggering of their devices by the ad as a nuisance, while others found the commercial to be an uncomfortable reminder of the intrusion of advertising in a world peppered with "always-listening" smart devices. Google, which had not consulted with Burger King for the commercial, disabled the Google Home's ability to be awakened by the advertisement within a day of its first airing.

The response to the new ad highlights many of the concerns associated with privacy and security concerns in an increasingly digital world. But while this might be the first ad to target users who already own a Google Home or other listening smart device, privacy-invading strategies companies use to target customers are nothing new, says Saleem Alhabash, a professor of Public Relations and Social Media at Michigan State University in East Lansing, Mich.

"Behavioral targeting has been applied for quite some time now," Dr. Alhabash tells The Christian Science Monitor in an email. "Advertisers, including Google, have been recording our digital traces and through algorithmic manipulation, providing us with tailored ads that are more meaningful to us."

Critical race theory: Who gets to decide what is history?

The new Burger King ad is simply an extension of this general philosophy, he says. But while being on the cutting edge of new types of advertising like this can pay big dividends, it can also be risky. After all, consumer backlash can be hard to predict, especially with a new type of commercial like this.

"Across different generational groups, consumers are well aware of the dangers and threats to their own security and privacy online. They know what the deal is," Alhabash adds. "In a lot of instances, they feel that protecting their privacy online is such a behemoth that they end up feeling defeated and give in to the idea of them not being able to protect their privacy. However, when an ad like the Burger King one floats to the surface, consumers are reminded of how vulnerable they are."

That, he says, is part of the reason this ad has struck such a dissonant chord with many viewers. But that wasn't the only way the ad backfired.

As the new commercial first began to air, many viewers realized that the information read out by Google Homes and Android devices came directly from Wikipedia, which can be edited by anyone. Soon, the description of the Whopper on the Wikipedia page was altered to contain a list of fictitious and disgusting ingredients, with one edit identifying the Whopper as "the worst hamburger product" sold by the fast food chain. Burger King quickly took steps to restore a more palatable-sounding Wikipedia entry, but before long it had encountered another problem: Google.

"Google has not been consulted on this, therefore, it is not getting any of the advertising dollars spent on this ad," says Alhabash. "Google wants a piece of the pie."

The tech giant found itself in the position of having its own products activated in an ad that many disliked, without any compensation. Before long, users reported that the new commercial no longer activated their Google Homes, and Burger King informed The New York Times that Google had made alterations that specifically prevented the ad's audio waking up the devices, thereby weakening the effectiveness of the new campaign.

The deactivation by Google comes only a few weeks after the tech giant found itself in a similar position to Burger King when some Google Home users reacted negatively to what seemed to be a promotion for Disney's recent live-action Beauty and the Beast film tucked in between the weather and the news. The promotion, which played on a few devices on the day of the film's release, "wasn't intended to be an ad," according to a Google spokesperson.

But despite the fair amount of negative feedback for this kind of invasive advertising, the new Burger King ad – as well as any copycat commercials that crop up – may yet be a success, says Jenny Olson, a professor of marketing at the University of Kansas in Lawrence, Kan.

"From a marketing standpoint, Burger King achieved their objective of capturing consumers' attention in an increasingly saturated mediascape," Dr. Olson tells the Monitor via email. "Honestly, when I first heard about the ad (despite potential privacy concerns), my reaction was 'Wow, that's pretty clever!' This sort of advertising is something we’re going to be seeing more of as AI devices become more common in our homes."

The purpose of advertising, after all, is to generate buzz – not just about the product, but also about the commercial itself – and in that regard, the invasive ad has been immensely successful, Olson says.

Get the Monitor Stories you care about delivered to your inbox.

"Burger King certainly took a risk in going this route. [And] even if the ad doesn't translate into increased sales of Whoppers, it's started an important conversation about privacy and ethics of advertising on these new platforms," she says.


Voir la vidéo: #WhoIsTheKing, Burger King. BUZZMAN France (Novembre 2021).